Portrait de Mathilde Tiendrebeogo, Cuisinière

p4_portrait Mathilde1.  Depuis quand travaillez-vous pour le SSBF et quelle est votre fonction ?

Je travaille au Samusocial Burkina Faso depuis 2006 en tant que Cuisinière. J’ai commencé comme cuisinière-nourrice, à l’époque où le SSBF et l’Hôtel Maternel (orphelinat de jeunes enfants) cohabitaient encore ensemble.

2. En quelques mots quel a été votre parcours avant d’intégrer le SSBF ?

Avant d’intégrer le SSBF, j’ai travaillé comme nourrice dans une autre structure qui s’occupe aussi des enfants, le HOME KISITO.

3.  En quoi consiste votre mission actuelle plus précisément ?

En tant que cuisinière, ma mission c’est de préparer à manger pour les enfants hébergés au sein du Centre Renaissance. Nous préparons aussi les rations de bouillie (complément nutritionnel) et d’eau qui sont distribuées aux enfants qui vivent toujours dans la rue, lors des maraudes nocturnes.

4.  Qu’est-ce qui vous anime ou vous motive au quotidien ?

Ce qui me motive au quotidien, c’est le fait de voir les enfants manger avec appétit. Il arrive souvent que certains, après avoir fini de manger, viennent vers nous pour nous féliciter et nous remercier.

5.  Quels sont les défis auxquels vous êtes confrontée dans votre travail ?

La difficulté à laquelle nous sommes confrontées, c’est la petitesse de la cuisine, elle ne nous permet pas de travailler aisément.

6.  Un bon souvenir, une expérience enrichissante, un conseil ou un proverbe à partager ?

Un bon souvenir, ce sont les colonies de vacances organisées par le SSBF les années précédentes, auxquelles j’ai eu la chance de participer (Toma, Dédougou).

Les enfants m’avaient surnommée « Tantie Wolo » parce qu’ils ont vraiment aimé la nourriture !

Si j’avais un conseil à donner aux parents, ce serait de bien s’occuper des enfants pour ne pas qu’ils se retrouvent en rue. Et en ce qui concerne ceux qui y sont déjà, c’est de tout faire pour les aider à en sortir.

7. Quel message voulez-vous faire passer au sujet des enfants en situation de rue ?

Un message que je veux faire passer, surtout aux parents, c’est de bien communiquer, dialoguer avec les enfants pour leur faire comprendre que la rue n’est pas un endroit pour eux, que leur place est en famille, auprès de leurs parents et de leur fratrie.

SSBF 001

Actualités , Portraits
Tagged: , , , , , , ,
® samusocial Burkina Faso | Mentions légales | Contact | Webdesign : Limbus Studio