L’hébergement

Un hébergement temporaire ou d’urgence au Centre Renaissance, peut accueillir une vingtaine d’enfants, pour raisons médicales ou sociales. Ainsi, les enfants les plus vulnérables bénéficient de soins gratuits, d’un suivi social et psychologique  et sont encadrés par une équipe éducative. Le centre d’hébergement est un espace de repos et de récupération, et offre un lieu sécurisé pour accompagner les enfants vers une sortie de rue.

Les enfants hébergés et pris en charge dans le centre sont des mineurs protégés par la loi. Ainsi, chaque enfant hébergé fait l’objet d’une demande d’Ordonnance de Garde Provisoire délivrée en audience bimensuelle par la Substitut du Procureur. A cette occasion, elle reçoit les enfants en entretien individuel pour s’assurer de leurs conditions d’hébergement.

Le centre d’hébergement d’urgence : La mise à l’abri des enfants

Un centre du samusocial se justifie essentiellement par sa fonction de mise à l’abri des enfants qui sont en danger dans la rue, pour des raisons de santé physique et/ou psychique. Ainsi, un enfant peut être accueilli pour raisons médicales si son état de santé le démontre (dermatoses, paludisme..) ou s’il a été victime de maltraitances (bagarres en rue, blessures infectées). L’EMA peut également proposer un hébergement à un enfant en voie de marginalisation, isolé du groupe ou si elle détecte qu’un enfant est épuisé ou en regression, souvent dus à la prise de toxiques mais aussi à la perte des rythmes vitaux (sommeil, faim…)

-
CHU_accompagnement-psy_Burkina

Le séjour temporaire : Un temps nécessaire aux enfants pour retrouver des rythmes et repères fondamentaux

Dans la mesure où le centre va accueillir des enfants en danger dans la rue, la fonction du centre est d’aider l’enfant à récupérer, à se retrouver, à se ressourcer. Parce que l’enfant accueilli a un rapport « traumatique » à son corps et au corps d’autrui (conséquence de la maltraitance et/ou de la suradaptation paradoxale), il importe de porter particulièrement attention aux temps de remise en fonction du corps.
En outre, le centre est un lieu qui aide l’enfant à retrouver des repères, car la grande pathologie dont souffre l’enfant de la rue est l’indifférence, ce sentiment que tout se vaut (le jour et la nuit, la vie et la mort). L’enfant doit pouvoir quitter le centre sans être exclu car, de cette façon, il pourra expérimenter la joie du retour dans le centre et la confiance à être de nouveau accueilli (une expérience qui lui permettra également de mieux se projeter dans la perspective d’un retour en famille).

CHU_sejour-temporaire

Les principales activités du centre Samusocial permettent :
- les soins et traitements médicaux.
- les entretiens sociaux et psychothérapeutiques
- la remise en fonction du corps autour de quatre temps communs obligatoires : la toilette, le repas, la sieste et le sommeil.
- la remise en fonction de l’imaginaire autour du jeu et des activités artistiques afin d’aider l’enfant à sortir psychiquement des logiques de survie de la rue : Des activités sportives, pédagogiques, artistiques et ludiques ainsi que des séances d’alphabétisation sont proposées aux enfants durant la journée et les week ends. Des sorties sont régulièrement organisées (verger, visite chez des artisans…).

Centre d’Accueil de Jour

Le centre d’accueil de jour vient compléter les services qui sont proposés lors des maraudes en rue, en permettant aux enfants de pouvoir bénéficier de soins plus complexes, ou d’entamer des démarches pour un projet de réinsertion, tout en continuant à vivre dans la rue. Il est particulièrement adapté à des enfants qui ne sont pas prêts à accepter un hébergement, mais qui souhaitent bénéficier des services du SSBF. L’accueil de jour permet donc aux enfants suivis dans la rue de bénéficier d’une prise en charge médicale et psychosociale au Centre Renaissance 3 matinées par semaine.

CHU_accompagnement-psy_Burkina2

L’accompagnement psychologique

Chaque semaine, un psychologue peut intervenir auprès des enfants hébergés lors d’entretien individuel afin de compléter le travail de l’équipe. En effet, l’hébergement est extrêmement déstabilisant pour l’enfant, car il s’agit d’une véritable rupture par rapport à l’environnement auquel il s’était adapté (la rue) : perte des repères (spatiaux, humains, temporels) ; nouveau territoire (la maison = espace clos) ; horaires fixes et rythme organisé ; présence permanente d’adultes ; absence de drogues, d’alcools ; absence de violence physique.
Nombreux sont les enfants qui ne supportent pas cette rupture et qui « choisissent » de retourner dans la rue. L’itinéraire des enfants de la rue est fait de constants allers et retours entre la rue, la famille, les centres d’accueil tels que le samusocial. Quand un enfant est accueilli au samusocial, le préalable est de toujours envisager qu’un retour à la rue est possible et l’accepter. Un retour dans la rue, ou même des allers-retours rue/centre/famille ne doivent jamais être considéré comme un échec, mais plutôt comme les différents paliers pouvant aider l’enfant à se reconstruire.

CHU_mise-a-labri

Chiffres-clés de 2016

168 enfants ont été hébergés au Centre Renaissance.
3063 admissions en accueil de jour
1 729 consultations et soins médicaux dispensés
376 entretiens sociaux et psychologiques réalisés
210 causeries éducatives réalisées

® samusocial Burkina Faso | Mentions légales | Contact | Webdesign : Limbus Studio